Notre dernier voyage

En 2020

Patrice et Bérangère des Enfants Avant Tout se rendent en Ethiopie fin octobre 2020.
Ils sont bien chargés et apportent des produits de première nécessité à l’orphelinat.
Ce n’est pas leur premier voyage, ils avaient travaillé à la mise en place de potagers et à l’aménagement des extérieurs avec les jeunes. Ils constatent que le potager est toujours exploité.
L’état des différents sanitaires s’est dégradé, après discussion avec le directeur de l’orphelinat, celui-ci va faire évaluer le coût des travaux et faire établir des devis afin de pouvoir rechercher des fonds en France.
Sanitaire toukoul
Sanitaire toukoul
Patrice a aussi « livré » des lunettes réalisées gratuitement par un opticien maubeugeois pour un jeune qui présente une myopie très sévère !
lunette toukoul

Maria Richet, présidente des Enfants Du Toukoul ainsi que d’Enfance et Partage Haute Picardie, se rend en Ethiopie en Janvier 2020.
Elle est accompagnée de membres d’Enfance et Partage HP. Ils apportent du matériel de première nécessité à Burayu.
Lors de son séjour, Maria rencontre le staff à plusieurs reprises et a un entretien fructueux avec Mr Tamiru, directeur de l’orphelinat.
Elle discute aussi plus longuement avec Abraham Bogale des besoins des jeunes porteurs du VIH.
Elle rencontre de nouveau les enfants et partage un moment avec eux.
Elle fait aussi le lien avec l’équipe du lycée français d’Addis Abeba qui mène une collecte en soutien à l’orphelinat.

Voyage_2020

En 2019

Nous partons en Ethiopie à 3, Maria Richet, Jean-François Gillet et Françoise Goethals en novembre 2019 pour une semaine. Nous sommes accompagnés par Clara Gillet, étudiante en médecine et secrétaire des Amis du Toukoul.

Portrait Saint michel
C’est un voyage dense, fructueux en observations, accompagnements et décisions. Nous reviendrons convaincus de l’utilité de notre travail associatif en France. Ces temps à l’orphelinat renforcent le lien et le soutien avec l’équipe en place. Nous entendons longuement le directeur de l’orphelinat, Monsieur Tamiru, qui nous expose le travail qu’il a effectué cette année. Monsieur Tamiru Il est, comme à son habitude, positif, motivé, clair. Il a une grande capacité à analyser les situations et à prendre du recul face aux difficultés. En  2019 il a notamment dû faire face à la fermeture d’une structure accueillant 98 enfants pour lesquels des solutions adaptées ont été trouvées. 19 enfants ont été accueillis à l’orphelinat dont 17 atteints du VIH, portant à 57 le nombre d’enfants et d’adolescents touchés par cette maladie. Cette situation met en évidence le besoin d’accompagnement psychologique. Le directeur souhaite faire intervenir au sein de l’orphelinat deux associations spécialisées dans l’accompagnement des personnes atteintes du VIH. Ces associations pourront également être aidantes dans le projet d’accueil de ces jeunes dans des structures plus adaptées à leur prise en charge. En outre, Monsieur Tamiru, nous fait part de besoins plus pragmatiques (matelas, draps, cartables…) Par ailleurs, nous rencontrons l’équipe soignante ainsi que le personnel responsable de l’entretien des locaux. Les échanges sont riches et éclairants sur le fonctionnement et les ajustements à mettre en place. Ils portent tant sur les soins dentaires et l’éducation sexuelle que sur les indemnités de salaire…
Une équipe appartenant aux Enfants Avant Tout est venue travailler cet été avec les jeunes sur les plantations de légumes et l’embellissement des espaces extérieurs, ce qui nous donne l’impression que les enfants s’approprient davantage les lieux.

Nous avons une discussion avec 3 des travailleurs sociaux qui nous exposent leur travail et nous confirment qu’ils vont pouvoir assurer une permanence le soir au retour de l’école ainsi que le week-end.

Les enfants grandissant, nous sommes maintenant confrontés à des comportements liés à l’adolescence et à des problèmes de respect et de discipline.

Nous évoquons l’embauche d’un surveillant d’internat pour la nuit.

Nous constatons que l’équipe éducative centrée sur le travail scolaire a de la difficulté à accompagner les jeunes dans d’autres projets importants et équilibrants (licence sportive dans un club extérieur par exemple).

Nous rencontrons les jeunes et leur faisons part en toute transparence de nos difficultés à collecter des fonds en France.

Ce sont les garçons qui parlent et qui sont en demande.

2019_enfants_orphelinat
2019_garcon_JF

Ils souhaitent qu’on étudie leurs projets collectifs professionnels car ils ont des formations mais ont des difficultés à trouver du travail.
Certains nous sollicitent afin d’obtenir une des voitures du site pour monter une microentreprise de type UBER (RIDE ou ZAYRIDE en Ethiopie). D’autres nous exposent leur projet de créer une association pour venir en aide aux jeunes porteurs du VIH.

Enfin, quelques étudiants souhaitent que nous puissions louer des petites maisons afin de les rendre plus autonomes et de les rapprocher des universités d’Addis Abeba  (1h30 à 2 h de trajet matin et soir)

Clara Gillet a un entretien avec Abraham Bogale, jeune médecin issu de l’orphelinat, que nous avons sollicité afin d’accompagner les jeunes porteurs du VIH qui sont en souffrance.

Abraham confirme l’impérieuse nécessité d’un accompagnement psychologique et d’une éducation à la santé. Il nous remet un exposé du travail qu’il a commencé à effectuer.

Le profil des jeunes change, nous devons nous adapter et faire en sorte de soutenir l’équipe sur place.

Fermer le menu